Concevoir le logiciel ensemble

Les échanges entre les développeurs de Viacar et d’ELCA et les experts des Services des automobiles ont abouti à des solutions profitables pour les deux parties. C’est pourquoi nous disons merci aux collaborateurs concernés.

Texte: Mark van Huisseling

Lorsqu’en décembre 2016, Adrian Müller, 31 ans, collaborateur externe pour Viacar, présenta au conseil d’administration de Viacar AG les enjeux de l’analyse métier pour la modernisation technique globale du système Viacar V20, il était muni d’une présentation PowerPoint. Rien d’étonnant lors d’une telle occasion. Néanmoins, il était plus étonnant de voir que la présentation ne contenait que deux diapositives. Et ce n’était pas parce que la procédure de l’analyse métier présentée était une mince affaire. Bien au contraire. Mais c’est justement pour rendre plus tangibles des sujets complexes et pour mieux les véhiculer, qu’il faut les représenter de manière simple.

La modernisation technique globale du système Viacar V09 utilisé à l’heure actuelle est nécessaire pour assurer la pérennité de l’application. Mais elle permet également de développer la solution logicielle avec les futurs utilisateurs. En ce qui concerne les dossiers à traiter, les collaborateurs de l’équipe d’analyse métier de Viacar ont pu profiter de la grande expérience des experts des Services des automobiles avec qui ils s’entretenaient déjà. Les connaissances de ces derniers ont permis de trouver la meilleure solution possible et de la mettre en œuvre; cette procédure est à présent achevée. Viacar et ELCA profitent d’ailleurs de l’occasion pour remercier tous les collaborateurs des Services des automobiles impliqués dans le projet pour la bonne collaboration, à la fois agréable et efficace. Ce fut littéralement un vrai travail d’équipe.

Au même moment, des ingénieurs de la rétro-ingénierie de Viacar étaient déployés. Leur mission consistait à décortiquer le code du système Viacar V09 et d’en comprendre la logique. À cet instant, les lecteurs pourraient être tentés de répliquer que tout ce travail était bien inutile et qu’il suffisait de se reporter à la documentation système. Mais Adrian Müller leur répond: «En théorie c’est vrai, mais dans la pratique la documentation nous fait défaut.» Ce qui cause quelques désagréments, mais qui n’est pourtant pas rare. «Il existe une expression pour désigner un programme nébuleux auquel de nombreux développeurs ont travaillé pendant de longues années: ‹la programmation spaghetti›», explique Adrian Müller. Les développeurs de logiciels sont, en effet, plus intéressés par l’écriture d’un programme que par la rédaction de la documentation associée. Pendant leur mission, les ingénieurs de la rétro-ingénierie ont également appris à connaître les règles métier. Celles-ci reposent sur des directives légales, par exemple le permis d’élève conducteur ne peut être demandé qu’à partir d’un certain âge. Bien évidemment, c’est au logiciel de respecter cette règle.

Ensuite commença le travail des analystes métier d’ELCA: après avoir réglé les dossiers et les règles métiers, ils firent plusieurs propositions aux responsables des Services des automobiles, là où c’était nécessaire et où des améliorations pouvaient être apportées. Les experts des Services des automobiles ont contrôlé chaque demande et validé la modification en question s’ils la jugeaient utile. Ainsi, une demande concernait la consolidation de différents dialogues au contenu similaire. Par exemple, le dialogue PERCON a été élargi, alors que les dialogues FUHRE et MOFAU ont été retirés, permettant aux collaborateurs de gagner du temps, explique Adrian Müller.

Tout ceci se trouvait sur la première page de sa présentation PowerPoint composée de deux pages et remise au conseil d’administration de Viacar AG. Complètement à droite de la diapositive, il avait également dessiné un bloc-notes avec pour légende: «Spécification métier». Des spécifications métier établies pour chaque module sont à la base de l’application logicielle V20 complètement modernisée sur le plan technique. Avec 120 modules au total, ce sont quelque 250 dossiers pouvant survenir chez les Services des automobiles qui peuvent être traités et réglés; un module pouvant également être utilisé pour plusieurs dossiers.

Sur la deuxième page de sa présentation, et donc sur la dernière, Adrian Müller n’avait plus grand-chose à montrer: toutes les spécifications métier imbriquées correctement les unes dans les autres, à l’image des pièces d’un puzzle, donnaient ce que nous avons coutume d’appeler encore aujourd’hui vision. Ce qui en 2020 sera réalité dans les Services des automobiles des cantons d’Argovie, de Schaffhouse, de Zoug, de Zurich, de Lucerne et de Vaud et qui facilitera le quotidien des collaborateurs: le système Viacar V20 complètement modernisé sur le plan technique et doté d’une documentation système complète.
À l’avenir, les ingénieurs de la rétro-ingénierie ne trouveront plus de programmation spaghetti quand ils travailleront sur l’application V20. En effet, toutes les spécifications métier seront répertoriées dans une documentation claire et exhaustive du logiciel. Et soit dit en passant, la documentation ne sera pas imprimée sur papier et rangée dans des classeurs, il s’agira d’un outil numérique accessible via des liens. Adrian Müller: «C’est ce qu’on appelle une ‹bonne pratique›.»

Une analyse métier complète et de grande envergure constitue la base fondamentale de la modernisation du système Viacar V20. >En savoir plus